jeudi 28 août 2014

L'Enfant dans la valise - Lene KAABEROL & Agnete FRIIS

Titre : L'Enfant dans la valise
Titre original : Drengen i kufferten
Auteur : Lene Kaaberbol & Agnete Friis
Édition : France Loisirs
Date de parution : 2012
Nombre de pages : 403
Genre : Thriller
Décor : Danemark, Lituanie
Lu en : Août 2014

4/10

Quatrième de couverture : Un petit garçon caché dans une valise et une femme lancée malgré elle dans une terrifiante couse-poursuite…

Quand une amie de Nina la supplie de lui rendre un étrange service, la jeune infirmière accepte : elle doit retirer une valise à la gare de Copenhague. À l’intérieur, elle découvre un petit garçon, nu et drogué. Paniquée, Nina tente de joindre son amie. Celle-ci a disparu…

Sentant une menace peser sur elle et l’enfant, la jeune femme s’embarque avec lui dans une cavale infernale à travers le Danemark. De quel odieux trafic le petit garçon est-il la victime ? Nina va tout faire pour le savoir… C’est leur unique chance de survie.


Mon avis : J’avoue avoir eu un peu de peine avec ce livre… L’intrigue en elle-même m’a plutôt plu et le début tient tout à fait la route. Nina se retrouve à devoir aider une amie : elle doit aller chercher une valise à la gare pour elle. Nina sent que l’histoire n’est pas toute rose, mais elle ne s’imagine à aucun moment trouver un enfant dans ladite valise. Ce qui à mon avis est très important pour rendre l’histoire crédible. Quand elle le découvre, elle est un peu en état de choc, ce qui peut expliquer pourquoi elle ne va pas tout avouer directement à la police et préfère aller en parler avec son amie. Jusque-là, tout allait bien ; mais la suite est devenue de plus en plus décevante… Notamment parce que l’histoire se scinde en plusieurs histoires ce qui devient difficile à comprendre : elle suit tout d’abord Nina, qui doit se charger du petit garçon. Ces passages sont agréables à lire, on comprend la panique du petit garçon qui ne sait pas où il est, et qui ne parle même pas la même langue que Nina, et on voit Nina tout mettre en œuvre pour essayer de l’aider. Ce sont des moments assez tendres et touchants tout en étant parfois un peu drôles, car ce genre de situations n’est pas facile à gérer ! Certains chapitres nous présentent la mère biologique de l’enfant et ses recherches pour le retrouver. C’est un peu dur au début de comprendre qui est qui, mais là encore, on arrive à s’y faire assez vite. Par contre, certains chapitres racontent l’histoire de ceux qui ont enlevé l’enfant, d’un homme qui était censé aller récupérer la valise lui-même à la gare, de l’amie de Nina, de son mari qui doit s’occuper de ses propres enfants et bien d’autres ! Ce qui donne naissance à un beau bric-à-brac qui devient pénible à lire ! Tout en nous offrant une multitude de sous-histoires qui personnellement ne m’intéressaient pas du tout…

Je trouve que certains éléments sont peu crédibles. Que Nina ne souhaite pas avertir la police pour en parler d’abord avec son amie passe encore, mais il va lui arriver bien des mésaventures par la suite et je ne comprends pas pourquoi elle ne prévient pas la police, ou du moins n’en parle pas à quelqu’un ! Elle a une famille, des amis, des collègues (médecins qui plus est…) et ne fait jamais (ou très rarement) appel à eux, ce qui selon moi rend l’histoire un peu ridicule. J’ai vraiment été déçue par ce revirement de situation, parce que le début me plaisait bien, je pensais vraiment que l’élément central allait être Nina et le petit, mais c’est vite devenu étrange ou trop « facile ». (Je pense par exemple à sa recherche de quelqu’un qui pourrait comprendre la langue que parle le garçon… Ses choix son assez étonnants ! Surtout dans une telle situation.)

Un autre détail qui m’a beaucoup déplu, concerne le passé de Nina. Elle est infirmière et a apparemment une vie bien remplie ! J’avais l’impression que toutes les choses un peu incroyables qui lui sont arrivées et que nous ne connaissons que sous forme de petites anecdotes étaient presque plus intéressantes et surtout beaucoup mieux ficelées que ce qu’elle vit tout au long du livre…

Au fil des pages la déception grandissait, et ce, jusqu’à une fin beaucoup trop prévisible et assez peu probable. Bien que les deux auteurs aient réussi à cerner certains aspects psychologiques intéressants, comme ce que peut ressentir une mère à qui l’on a pris son enfant, la fin est presque ridicule !

Pour résumé : une bonne intrigue et une description de l’état d’esprit de la mère et de Nina intéressante, mais une abondance de personnages qui arrive à nous perdre complètement au fil des chapitres et un dénouement final à la limite du pathétique.

Lecture pour : Je ne le conseille pas vraiment, mais le personnage de Nina est assez intéressant, peut-être que les livres suivants avec cette héroïne seront mieux, mais là, j’ai eu beaucoup de peine. Toutefois, je pense que ceux qui aiment les livres de disparition d’enfants peuvent aimer certains aspects du livre.

Bof, pas terrible, je ne le conseille pas vraiment.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire