vendredi 19 janvier 2018

De la terre dans la bouche - Estelle THARREAU

Titre : De la terre dans la bouche
Auteur : Estelle Tharreau
Édition : Taurnada
Date de parution : 18 janvier 2018
Nombre de pages : 250 pages en papier, environ 220 en numérique
Genre : Enquête (+/- policier et thriller), historique
Décor : France
Lu en : Janvier 2018

10/10

Quatrième de couverture : Les vieux de Mont-Éloi savent pourquoi ils s'aiment ou se détestent, même si les autres l'ignorent. La seule histoire à laquelle il faut croire est celle qu'ils ont écrite au musée de la Chênaie.

Elsa refusera cette vérité lorsque sa grand-mère lui léguera une maison perdue dans la forêt, à deux pas d'un village martyr.

Guerre. Occupation. Épuration.

Quarante années ne seront jamais suffisantes pour oublier et chasser les fantômes du passé !


Mon avis : Page 1, ouverture sur un décès, sur la présentation d'Elsa, qui se retrouve avec un petit héritage de sa grand-mère, véritable « bombe » qui lui tombe dessus et qui va remuer son passé et le passé de tout un village.

Dès la page 1, on est donc happé dans l'histoire, les mots de la défunte nous hantent, on veut savoir ce qui s'est passé dans le village de Mont-Éloi pendant la Seconde Guerre mondiale. Voilà, une page et j'étais ferrée.

Les chapitres suivants se déroulent presque à la manière d'un film, on arrive facilement s'imaginer les personnages, les lieux, et surtout, l'ambiance quand Elsa commence à remuer le passé. Les langues se délient, les secrets tus pendant des décennies commencent à ressurgir, les histoires ne coïncident pas... où est la vérité ? Comment sa grand-mère peut-elle être partie prenante de cette histoire ? Quel était son rôle ? Il va falloir creuser, fouiner, chercher qui détient la vérité et qui tente de l'étouffer. L'enquête, si l'on peut dire, n'est pas aisée, handicapée par le poids des années.

Troisième roman d'Estelle Tharreau que je lis, et troisième roman que j'apprécie. Elle sait mêler présent et passé avec brio, ajouter des éléments perturbateurs sans que le lecteur puisse définir qui vient brouiller les pistes et en même temps, offrir un aspect de la Seconde Guerre mondiale qui m'était totalement inconnu. Pourtant, c'est un sujet dont on semble tout savoir, et pourtant, j'ai appris, j'ai vibré, je me suis indignée toute seule devant ma liseuse, j'ai été complètement prise par l'histoire de la prostitution en temps de guerre, ces « femmes indignes » mises au pilori et auxquelles ont faisait subir des traitements dont je n'avais jamais entendu parler. À ce sujet, l'un des personnages exprime également son étonnement :

« Malgré tout ce qu'il avait entendu de cette guerre, Fred se demandait pourquoi un tel sujet n'avait jamais été abordé ».

Je me suis sentie comme Fred, perdue et déstabilisée.

Les deux « indices » sous forme de papier, m'ont un peu laissée perplexe, il me semble étrange que l'un d'eux n'ait pas ressurgi bien plus tôt, mais bon, ça reste du domaine du possible. Donc pas grand-chose sinon, merci Estelle Tharreau de m'avoir fait passer un bon moment de lecture tout en m'apprenant des éléments historiques passionnants dont j'ignorais tout ! Et merci aux éditions Taurnada de m'avoir fait parvenir ce livre ! Toujours un bon moment ! :)

Merci, Estelle Tharreau, de m'avoir fait passer un bon moment de lecture tout en m'apprenant des éléments historiques passionnants dont j'ignorais tout !

2 commentaires:

  1. Je suis heureuse d'avoir modestement permis de lever un petit bout de voile sur des personnes oubliées qui m'ont tant touchée. Merci pour cette belle critique. A bientôt. Estelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est moi qui dois dire merci. :P

      Supprimer