dimanche 8 juillet 2018

La douce amertume du café - Zia ODET

Titre : La douce amertume du café
Auteur : Zia Odet
Édition : Auto-édité
Date de parution : 18 mai 2018
Nombre de pages : 344
Genre : Contemporrain, sentimental, bien-être
Lu en : 2018

9/10

Quatrième de couverture : Un chat qui perd ses poils, une rupture amoureuse, un appartement en bazar, une collègue tyrannique... la vie de Lisa n’a rien d’un conte de fées.

Après avoir lu un article sur le désencombrement, la jeune femme décide de faire du vide. Elle trie, range, vend, jette, retrouve certains objets et réveille ainsi les fantômes du passé.
Pourquoi fait-elle toujours le même cauchemar ?
D’où vient cette broche de renard aux yeux rouges ?
Quel secret son père lui cache-t-il ?

La douce amertume du café explore le bien-être au quotidien, la confiance en soi, la force des souvenirs et le bonheur dans le couple. À 28 ans, faut-il encore croire au prince charmant ?


Mon avis : La douce amertume du café met en scène Lisa, une jeune femme, qui a besoin de changement dans sa vie. Tout commence par une simple séance chez le coiffeur, pendant laquelle elle remet tout en cause. Elle est certaine, décidée : elle va faire le vide dans sa vie, le grand ménage de printemps, le gros coup de balai qui permet de repartir sur de bonnes bases.

Elle se renseigne sur le désencombrement, thème central de ce roman. Elle l’effectue de manière réfléchie, petit à petit, franchissant les diverses étapes pour réussir à tirer un trait sur ce qui ne lui sert plus. Sans jamais être moralisatrice, elle fait le tri, elle vend, elle recycle… et progressivement, elle fait aussi le tri dans sa vie, dans ses pensées, dans sa façon de voir les choses. Elle se libère, se sent mieux, retourne le passé pour définitivement tourner la page.

L’ambiance décrite est très agréable, au point même que j’ai eu envie également de pratiquement un peu de désencombrement chez moi, parce que je souhaitais moi aussi me sentir comme Lisa.

Le plus important pour moi, je pense, avec ce thème, c’est que Zia Odet n’est jamais moralisatrice, toujours motivante et douce, ça fait plaisir. Mais son histoire va plus loin ; son héroïne va également découvrir que derrière la douceur de sa nouvelle vie, à l’instar du titre de son roman, l’amertume n’est jamais très loin.

J’ai beaucoup aimé la façon utilisée par l’auteure de décrire les personnages, avec quelques sauts dans le passé, dans la tête de l’ex de Lisa. J’ai aussi grandement apprécié les passages centrés sur le chat de Lisa, une sorte de fil rouge, qui vit malgré lui le désencombrement de sa maîtresse.

Pour conclure : un livre frais, qui fait du bien, plein de bonnes énergies et qui se lit de manière très très agréable. Ce qui est étonnant et d’autant plus appréciable, c’est que même si vous ne vous sentez pas très impliqué avec les thèmes du désencombrement, du tri ou du zéro déchet, par exemple, vous y trouverez votre compte. Parce que l’intérêt de cette lecture est double, et le lecteur est là aussi pour voir Lisa avancer dans sa vie et se libérer.

Petit détail supplémentaire : j’ai lu ce roman en tant que bêta-lectrice, et j’ai donc eu la chance de voir quelques changements entre la version bêta et la version finale, et je dois dire que Zia Odet a fait un très beau travail pour rendre le tout encore plus accessible et agréable en allégeant quelques passages. Du très bon travail, en somme. Bravo à elle. :)


Un très bon roman tout en douceur, avec sa pointe d'amertume, indiscossiable à la vie.

2 commentaires:

  1. Merci pour cette belle chronique. J'aime beaucoup le petit clin d'oeil sur le chat de Lisa. Ne serait-il pas ton personnage préféré ?

    RépondreSupprimer