dimanche 11 février 2018

Artémis - Andy WEIR

Titre : Artémis
Titre original : Artemis
Auteur : Andy Weir
Édition : Bragelonne (thriller)
Date de parution : 17 janvier 2018
Nombre de pages : 336
Genre : Science-fiction, suspense
Décor : La Lune
Lu en : Février 2018

6/10

Quatrième de couverture : Jasmine Bashara, dite Jazz, une jeune femme d’origine saoudienne, vit sur Artémis depuis l’âge de six ans. Elle connaît la cité lunaire comme sa poche : ses cinq bulles où se répartissent toutes les classes sociales, du plus riche au plus misérable, ses lois si particulières – et pas seulement gravitationnelles – et sa corruption. La vie sur Artémis est rude quand on n’est pas un riche touriste ou un milliardaire. Jazz rêve d’une vie meilleure, et son job de porteuse (elle livre à domicile les denrées légales et de contrebande importées de Terre) ne lui promet guère d’évolution. Une chose est sûre : elle ne compte pas dormir toute sa vie dans un « cercueil », ces couchettes ultra réduites où se serrent les pauvres.

Quand un de ses riches clients lui propose un job risqué, elle ne peut pas refuser : c’est un défi bien payé. Mais elle ne se doute pas qu’elle prend part à une conspiration politique dont le but est de renverser le pouvoir sur Artémis, et de prendre le contrôle des 2000 âmes qui vivent sur la Lune...


Mon avis : J’ai déjà lu Seul sur Mars de cet auteur, que j’avais beaucoup aimé. Là, dans ce nouveau roman, on se rend sur la Lune. Artémis est une ville qui s’est construite sur la Lune. Cinq sortes de grosses bulles accueillent les habitants et les nombreux touristes venus découvrir le site d’alunissage d’Armstrong.

J’ai beaucoup aimé découvrir la vie sur la Lune comme l’imagine l’auteur, il y a d’ailleurs, pour mon plus grand bonheur, plus de détails de la planète que dans Seul sur Mars. On se laisse prendre au jeu, on suis Jazz, une jeune femme qui tente de réussir son test pour pouvoir devenir maître en sortie de la bulle pour accompagner les touristes et gagner rapidement de l’argent. Son besoin d’argent la mène sur des pistes quelque peu glissantes, et elle va se retrouver dans une drôle de situation. C’est là que l’histoire devient intéressante, quand elle devient malgré elle vandale, puis la cible de ceux qui ont été touchés. Elle doit se cacher pour sauver sa vie. Mais où se cacher sur la Lune ?

La pseudo-course-poursuite sur la Lune est très intéressante, j’ai apprécié ces moments. Malgré tout, j’ai trouvé le tout un peu long à démarrer, certains éléments un peu trop « fuck yeah M’urica !  » et j’ai eu l’impression d’être beaucoup moins impliquée dans l’histoire que dans Seul sur Mars. En gros, j’ai passé un assez bon moment, mais ça manquait un peu de sel et ce qui est vraiment intéressant tarde vraiment à venir. En plus, je suis vraiment étonnée d’avoir trouvé un certain nombre de fautes d’orthographe ou mauvaises frappes... Pour un livre publié par une maison d’édition aussi grande, c’est un peu moche, il faut se l’avouer. Peut-être qu’il aurait fallu laisser un peu plus de temps au traducteur pour lui permettre de rendre un meilleur travail, aucune idée, mais c’est un peu laid.

Pour conclure : pas mal, mais aurait pu mieux faire vu ce que l’auteur est capable d’offrir, au vu de son premier roman.

Pas mal mais aurait pu mieux faire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire